Ayu Utami

Saman

Saman1

Traduit de l’indonésien par Pamela Allen

Equinox – Edition numérique (2005)

Publié quelques jours avant la fin du régime Suharto en 1998, ce premier roman d’Ayu Utami, reconnu pour sa qualité littéraire, crée toutefois la polémique en raison d’une liberté d’expression jusqu’alors inédite dans son pays. En dépit de la controverse suscitée, d’autres auteurs lui emboîtent le pas et donnent ainsi naissance à un nouveau mouvement littéraire appelé sastra wangi (littérature parfumée).

Saman, c’est l’histoire de quatre jeunes filles, Laila, une jeune photographe musulmane qui hésite à perdre sa virginité dans les bras d’un homme marié; Shakuntala, une danseuse bisexuelle à la personnalité délurée qui perfectionne son art à New York grâce à une bourse d’études; Cok, une chef d’entreprise catholique qui ne compte plus les amants; puis Yasmin, une avocate catholique mariée qui…  Amies depuis l’époque du lycée, leurs destinées croisent celle de Wisanggeni alias Saman, un homme né sur l’île de Sumatra (d’où il tire sans doute ce pseudonyme; Saman étant le nom d’une danse originaire de cette île) qui fut enseignant et prêtre catholique jusqu’à ce qu’une expérience déterminante fasse de lui un activiste militant pour les droits de la personne.

Narré sous plusieurs points de vues, ce roman, tout en explorant les destins croisés des personnages qui l’habitent, aborde divers sujets sensibles, dont la sexualité féminine, la religion, la politique et bien d’autres. Au meilleur de sa forme, la prose est vive et joliment rehaussées d’images inédites, et même si à d’autres moments elle semble cheminer à tâtons, le récit conserve un bon rythme.

Encombré par un grand nombre de sujets, le scénario semble toutefois hésiter à prendre une direction et se referme donc sur une conclusion laissant de (trop) nombreux fils et thèmes inachevés (on peut cependant s’attendre à ce que la suite du roman, publiée en 2001 (non traduite à ce jour), reprenne et mène à terme les éléments laissés en suspens).

Enfin, bien que l’importance accordée aux personnages de religion catholique dans un pays majoritairement musulman mette en question la pertinence de certaines des positions adoptées, il reste que Saman, pose un regard franc et incisif sur l’Indonésie des années 1990 et constitue par sa qualité et sa personnalité, un agréable moment de lecture.

 

Notes:

1.Titre de l’édition française: Saman.

 

 

©2015-17 CarnetsLibres