Fernando Pessoa

 

Forever Someone Else – Selected Poems

Traduit du portugais vers l’anglais par Richard Zenith

Assírio & Alvim (2008)

Tentée par le titre autant que par le contenu de ce livre j’ai néanmoins hésité, m’interrogeant à savoir s’il valait mieux, pour partir à la découverte de l’oeuvre de Pessoa, choisir un livre en français ou bien en anglais. J’ignorais alors que l’essentiel de l’éducation reçue par Pessoa se fit en anglais, qu’il écrivit ses premiers poèmes en anglais, et que bien qu’à partir d’un certain moment il adopta le portugais, toute sa vie durant, il nota ou annota ses cahiers et autres feuillets en anglais. D’ailleurs à ce propos, Richard Zenith affirme que l’on peut reconnaître à travers l’écriture de Pessoa, l’empreinte laissée par cette langue qu’il pratiqua dès son plus jeune âge1.

Brièvement  introduit par monsieur Zenith, réunissant une sélection bilingue (portugais-anglais) de poèmes signés Alberto Caeiro, Ricardo Reis, Alvaro de Campos, Fernando Pessoa ainsi qu’une sélection de poèmes anglais signés Alexander Search et Fernando Pessoa, ce recueil est également assortis de divers extraits, -extraits de lettres et de préfaces de recueils en vue d’une éventuelle publication-, signés par Pessoa ou par l’un ou l’autre de ses hétéronymes. Enfin, on retrouve à la fin du volume diverses informations au sujet des poèmes proposés, notamment concernant les différentes corrections et retouches apportées par l’auteur. Autant d’éléments qui permettent au lecteur de faire connaissance avec l’œuvre, le(s) personnage(s) et concepteur(s) de l’œuvre, et de se familiariser avec le style d’écriture et le point de vue de ces hétéronymes.

Une fois la lecture du livre complétée, outre la récurrence de certains thèmes tels que l’identité, l’être au monde, la réalité, le sens de la vie, si de manière intuitive il est possible de déceler en arrière plan une sorte d’unité intellectuelle, pour le reste, les différences existant entre l’un et l’autre des ‘auteurs’ sont bien sûr étonnantes.

Etonnante aussi, la manière dont Pessoa aura su actualiser ces/ses diverses personnalités littéraires. Mais en même temps, son ultime projet ne fut-t-il pas d’arriver à illustrer sa pensée par ce moyen?

Não sou nada.                                                            
Nunca serei nada.
Não posso querer ser nada.
A parte isso, tenho em mim todos os sonhos do mundo.

(Tabacaria)

 

‘Je ne suis rien (i.e. je suis insaisissable/indéfinissable) et/parce que je suis tout (i.e. multiple/pluriel)’; tel semble être l’essentiel de ce que Pessoa tente inlassablement d’exprimer et de démontrer à travers ses écrits et cela depuis son plus jeune âge.

Bien sûr comme c’est toujours le cas avec ce genre de collection, certains morceaux plaisent ou parlent plus que d’autres et cela varie bien évidemment en fonction des goûts et des sensibilités de chacun.

En ce qui me concerne, si parmi l’ensemble, j’ai pu apprécier le charme ou l’intelligence de certains poèmes ou de certains passages, en règle générale, je n’ai pas été notablement éblouie par le phrasé ou par les figures de style ou encore par le mariage forme-fond. De la même façon, si certaines des idées développées m’ont interpellé, je n’ai pas été subjuguée non plus.

Cela étant, tel que noté plus haut, c’est sur l’ensemble de sa création et aussi sur la vision du monde et de la vie qu’il s’en dégage, que la poésie de Pessoa & consorts m’est apparue comme étant le plus appréciable. A cet effet, cet ouvrage, conçu avec soin, aura donc constitué pour moi un excellent moyen de l’aborder.

 

Notes :

1.Ces informations sont tirées d’une conférence ayant pour titre ‘An Englishly Portuguese, Endlessly Multiple Poet’ donnée par Richard Zenith pour le compte de la ‘Library of Congress’ à Washington, dont on peut visionner la vidéo sur la chaîne You Tube. Notons que cette passionnante conférence s’avère un excellent complément à la lecture de ce livre.

Richard Zenith né aux E-U en 1956, est traducteur et considéré comme l’un des plus grands spécialistes de l’œuvre de Fernando Pessoa.

 

 

©2015-2021 CarnetsLibres