Ignacio Padilla

Amphitryon

Traduit de l’espagnol vers le français par Albert Bensoussan et Anne-Marie Casès

Gallimard (2001)

Né au Mexique, Ignacio Padilla (1968-2016) entreprend des études de littérature qu’il poursuit jusqu’au doctorat. Il commence à publier ses écrits vers la fin des années 1980, puis il se joint à d’autres écrivains et ensemble ils rédigent le manifeste Crack1 , un texte conçu et publié dans le but d’initier un nouveau mouvement qui mette en avant une littérature se démarquant de celle ayant caractérisé la génération précédente2.  Publié dans ces circonstances, il est probable que  ‘Amphitryon’ procède de cette volonté de contribuer à l’évolution de la littérature mexicaine.  D’ailleurs, c’est vu sous cet éclairage particulier que le roman m’a semblé dévoiler sa véritable portée.

L’histoire, commence vers 1916, au moment où le jeune Thadeus Dreyer vient d’être mobilisé. Agé d’à peine vingt ans, loin d’être prêt à affronter ce vers quoi il se dirige, il accepte le défi que lui lance un inconnu croisé dans le train le conduisant au front.  C’est ainsi qu’à l’issue d’une partie d’échec , les deux hommes vont échanger leurs identités et ainsi sceller leurs destinées respectives.

D’abord raconté par Frantz, fils du jeune homme mobilisé, le récit nous plonge à l’époque de la première guerre, s’attachant aux pas des deux hommes, Thadeus Dreyer et Viktor Krezschmar ,dont on découvre peu à peu les existences respectives. Puis dans un enchaînement de circonstances, de rencontres et d’événements, passant d’un narrateur au suivant, le récit évolue, traverse la seconde guerre et s’achève au début des années 1960, soit peu après l’arrestation d’Adolf Eichmann.

Composé de quatre parties, chacune narrée par un personnage clé qui, ajoutant son point de vue aux autres, entraîne également le récit vers un point subséquent, ce roman consiste donc en une exploration fictive d’un pan de l’histoire européenne. Doté d’une intrigue construite autour de la notion d’identité sociale, il s’inspire à cet effet de pratiques ayant apparemment eu cours dans le contexte des deux guerres et met également en relief une expérience mise en place au sein du Troisième Reich suivant laquelle certains des personnages importants auraient eu recours aux services d’un double afin d’éviter d’être exposés aux risques encourus lors de certaines manifestations publiques.

Bien que d’un point de vue strictement expérimental3, le résultat soit plutôt intéressant, j’avoue qu’en tant que lectrice je n’ai pas vraiment été convaincue par ce roman.

De prime abord, ma curiosité ayant été piquée par l’échange d’identités sur lequel il s’entame, anticipant un récit conçu autour de ce thème, j’ai éprouvé une certaine consternation lorsqu’en cours de lecture, je me suis vue progressivement plongée dans un contexte de guerre.

Cela étant, la narration adoptant un bon rythme, l’intrigue fonctionnant plutôt bien, les changements de perspective participant efficacement à celle-ci et contribuant à créer une forme de suspense, mon attention et mon intérêt ont été assez bien maintenus.

Mais la prose, trop aisément comparable à celle d’autres auteurs4 de même que peinant à marquer la différence entre les diverses voix narratives, m’a semblé ne pas posséder la puissance requise pour ce type de projet littéraire.

Ajoutant à une faible personnalisation des voix, la psychologie des protagonistes étant trop peu appuyée, à plus d’une reprise leurs motivations à agir ou réagir dans une situation donnée m’ont semblé incompréhensibles.

Souffrant également d’imprécision, le contexte, qui évolue entre 1916 à 1961, de l’Autriche à Londres en passant par Berlin, Francfort, ou Genève, est souvent si peu décrit qu’outre certains détails de type documentaire, les lieux et les époques ne se laissent guère distinguer les uns des autres.

Enfin, le sujet principal ayant déjà été largement exploité en littérature, je me serais attendu à une exploration disons plus créative sinon à une réflexion plus approfondie, mais malheureusement, aux côtés de cette notion d’identité sociale sur laquelle repose l’intrigue, l’histoire, les vérités subjectives, l’ascendance et l’héritage, forment autant de balises thématiques semées en cours de récit mais qui, faute d’être utilisées à bon escient, ne parviennent pas à donner un sens ou insuffler une signification au roman.

Documenté, fluide, énigmatique, reposant sur une structure formant une bonne synergie avec l’intrigue, ce court roman ne manque pourtant pas de qualités, mais empêtré dans une volonté de se conformer à une formule, il n’est guère plus que le produit d’un habile assemblage d’ingrédients. 

 

 

Notes

1.Publié en 1996, ce manifeste est composé de fragments tirés de novelettes écrites par Pedro Angel Palou, Eloy Urroz, Ricardo Chávez Casteñada, Ignacio Padilla, Jorge Volpi (cf. Wikipedia version espanole).

2.Appelée littérature de la ‘génération post-boom’ elle considérée comme une variante de la littérature dite ‘postmoderne’ (cf. Ibid).

3.Si l’on examine ce roman en tenant compte des principaux critères établis par les membres du mouvement Crack (cf. Ibid), il semble assez évident que sa conception ait été orientée en sorte qu’il se conforme aux dits critères. Ainsi, entre autres caractéristiques nous permettant d’inscrire ‘Amphitryon’ parmi les œuvres appartenant à ce mouvement, notons d’abord que l’histoire racontée dans ce roman se déroule dans un ‘contexte détaché ou n’ayant pas de relation directe avec le Mexique actuel’, ensuite on peut remarquer que la narration adopte une forme ‘polyphonique’ et que grâce entres autres au jeu de perspective qui en résulte, le ‘récit exhibe une certaine complexité’.

4.Le même type de commentaire ayant été proféré par quelques lecteurs anglophones et hispanophones, cela tend à confirmer qu’il s’agisse bien d’un trait attribuable à la plume de l’auteur et non pas à celle de l’un ou l’autre des traducteurs.

 

© 2017 – CarnetsLibres