Mariana Kozyrieva

La petite fille devant la porte

Traduit du russe vers le français par Luba Jurgenson

Editions des Syrtes (2004)

On sait peu de choses au sujet de Mariana Kozyrieva. Née en 1928, elle a vécu à Saint-Pétersbourg et a fait une formation en décor de théâtre, un métier qu’elle n’aurait pas exercé. Pendant qu’elle gagnait sa vie comme gardienne, elle écrivait en secret des récits pour enfants, des pièces de théâtre et de la poésie. “La petite fille devant la porte” semble être l’unique roman adulte qu’elle ait écrit, un roman inspiré de sa vie qui fut publié en Russie en 1990 et est paru en France peu après sa mort en 2004.

Composé de trois parties, le roman relate de trois époques précises dans la vie de la narratrice, une petite fille qui, partant de ses premiers souvenirs d’enfance et allant jusqu’en cours d’adolescence, s’éveille peu à peu au monde et à la réalité d’un pays marqué par la guerre et le régime stalinien.

Entre Russie, Caucase et Ouzbékistan, cette enfant ballotée par la vie et ses courants, nous trace en une série de petits tableaux, un portrait naïf du monde tel qu’elle le découvre avec son regard d’enfant, un monde dont on devine peu à peu la véritable nature.

La phrase est simple. Les mots sont judicieusement choisis. Le ton est juste et en accord avec l’évolution de la narratrice. Les choses sont narrées, sans être nommées ou explicitées, conférant au récit une touche poétique ainsi qu’une approche expérientielle qui le distingue du témoignage.

Les personnages que l’on croise en cours de lecture sont assez nombreux mais habilement personnalisés par divers moyens tels que leur aspect, leurs manières, leur accent, ou par une façon particulière qu’ils ont de s’exprimer.

Au surplus, l’inclusion de termes en langue ouzbèke, ainsi que des détails portant sur certains usages de l’époque ou encore sur des us et coutumes régionaux, contribuent à la vraisemblance de l’histoire.

Ajoutons à cela diverses références littéraires parsemées au long du texte qui, non seulement témoignent d’un amour des lettres et des livres, mais crée également un lien entre l’auteur, la narratrice, le lecteur et le récit.

Court et bien conçu, ce roman d’initiation témoigne avec vivacité et fraîcheur d’une jeune existence ainsi que d’une époque et des événements qui les ont marqués.

 

©2015-2018 CarnetsLibres