Zoran Živković

The Library

Traduit du serbe vers l’anglais par Alice Copple-Tošić

Kurodahan Press (2010) – Publication originale 2002

Voici un autre auteur que je découvre grâce à mes explorations sur le web. Serbe né en 1948, docteur ès lettres et auteur d’une vingtaine de livres dont on se dispute toujours la classification (science-fiction, fantaisie, fantastique…), Zoran Živković, qui préfère être perçu comme un écrivain tout court, encore peu connu à l’étranger, figure parmi les chefs de file de sa génération.  Outre son titre évocateur, étant particulièrement intéressée par les mécanismes de la perception de la réalité, thème omniprésent dans ce livre, c’est donc avec enthousiasme que j’ai entamé la lecture de ‘The Library’.

Tel que le titre l’indique, les six récits réunis dans ce volume procèdent d’un univers familier à tous les lecteurs: le livre et son habituel refuge, la bibliothèque. Peu complexes, ces historiettes nous introduisent à un narrateur-protagoniste qui, dans des circonstances usuelles, voyant bientôt sa perception de la réalité confrontée à une situation inusitée, n’a alors d’autre alternative que celle d’imaginer la manière appropriée de réagir. Chaque récit nous introduit donc à une forme de bibliothèque et aborde indirectement un thème qui y est relié.

Ainsi, évoquant le thème de l’identité et de l’intégrité dans un contexte informatique, ‘Virtual Library’ raconte l’histoire d’un écrivain qui découvre parmi ses mails un message lui proposant d’accéder à une librairie virtuelle “où l’on trouve tout”, absolument tout. Sa curiosité ayant été piquée, le narrateur décide de tester le site en inscrivant son nom dans le moteur de recherche, un geste qui aura pour conséquence d’entraîner le protagoniste parmi les méandres du monde virtuel.

Sur le thème de la place qu’occupent les livres dans la vie des hommes, ‘Home Library’ montre comment un homme qui affirme ne posséder aucun livre en raison du manque d’espace dans son appartement, mais voit un jour sa boîte aux lettres, généralement vide, livrer une succession de volumes ayant pour titre ‘Littérature mondiale’.

‘Night Library’ explore le rapport entre réalité et fiction avec cet homme qui, arrivé juste au moment de la fermeture, découvre au sein de la bibliothèque dont il est membre, l’existence d’une étrange ‘bibliothèque de nuit’ tenue par un veilleur qui lui propose une sélection de livres tout à fait inhabituels.

Sur le thème du rôle joué par la littérature, ‘Infernal Library’ nous emmène en enfer où, fraîchement débarqué, un homme découvre à son grand désarroi que le sort qui lui sera réservé ici n’est pas du tout ce qu’il aurait imaginé.

‘Smallest Library’ touche au thème de la propriété intellectuelle versus la multiplicité des livres, introduisant un écrivain en mal d’inspiration qui, suite à un échange avec un bouquiniste aux manières pour le moins étranges, découvre parmi la moisson de livres qu’il ramène chez lui, ce qui s’avère être la plus petite mais la plus riche des bibliothèques du monde.

Pour conclure l’ensemble, ‘Noble Library’ aborde le sujet de l’édition et de la valeur du livre avec un récit où le narrateur, après avoir tenté en vain de se défaire d’un minable livre de poche qui s’obstine mystérieusement à rester planté parmi sa collection de beaux livres, a finalement recours à l’ultime solution.

L’objectif de ces récits étant essentiellement de jongler avec la notion de perception de la réalité et plus précisément, d’examiner la réaction d’un individu qui se voit confronté à une situation inusitée, action, personnage-narrateur et contexte n’agissant ici qu’à titre de véhicules permettant à l’histoire d’évoluer, sont donc décrits de manière plutôt succincte et tendent, par conséquent, à adopter une forme caricatural s’harmonisant bien avec le ton humoristique de la narration.

Il résulte que d’un récit à l’autre, la voix narrative tout comme la personnalité du principal protagoniste varient peu et l’on est tenté d’y voir un seul et même personnage, voire une sorte de prolongement de l’auteur.

Sur le plan thématique, bien que dans la plupart des cas il y ait matière à développer, cette approche, disons caricaturale, s’avère cependant limitative. Ainsi, si chacun des textes renferme quelques éléments de réflexions, les sujets abordés étant généralement servis de manière créative et/ou humoristique, restent malgré tout inexplorés.

Légers, amusants et divertissants, nés d’une créativité ingénieuse, chacun de ces textes constitue une agréable parenthèse qui nous incite, sourire aux lèvres, à prendre du recul, voire à adopter un point de vue plus souple par rapport à notre réalité.

 

©2015-18 CarnetsLibres