A. S. Byatt

Elementals, Stories of Fire and Ice1

Chatto & Windus (1998)

Comme c’est le cas pour la plupart des amoureux de littérature, mes listes à lire, mes projets, mes envies de lecture sont à proprement parler d’inépuisables sources d’inspiration. En revanche, pour ce qui est du temps dont je dispose… Face à cette incontournable disproportion, bien qu’il m’arrive souvent de relire certains passages d’un livre ou d’un autre, il est rare que je m’autorise à lire un livre plus d’une fois. Lu pour la première fois il y a bien des années, Elementals fera donc partie des exceptions.

Motivée par la curiosité d’y retracer ce dont je me souvenais fort bien, à savoir le style d’écriture de cette auteure, une fois les premières pages du premier récit avalées, je me suis si bien laissé entraîner que j’ai fini par relire les six nouvelles rassemblées dans ce recueil.

Bien m’en prit car non seulement j’ai pu de nouveau apprécier le travail d’A.S. Byatt, mais relus à la lumière des ressources dont je dispose aujourd’hui, ces récits m’ont dévoilé avec plus de clarté, quelques-uns des petits secrets dont ils recèlent.

Tel que le titre du recueil l’annonce, il s’agit donc de récits réunis autour d’un concept, soit les éléments, et plus précisément ici, le feu et la glace, dont on retrouve l’empreinte au sein de chacune des histoires. Une empreinte que l’auteure trace par le biais des couleurs traversant le récit, comme le bleu et le jaune dans ‘Crocodile Tears’, ou encore par certains aspects du contexte, comme le sable et la neige dans ‘Cold’, etc. 

Une autre caractéristique consiste à introduire chaque texte par une illustration reproduisant une œuvre d’art ayant trait au contenu du récit.

Dans le même ordre d’idées, on retrouvera également dans la plupart des récits, quelques allusions provenant de disciplines telles que l’architecture, la géologie, l’histoire, la peinture, la poésie, les écritures saintes, la mythologie, etc.

Autant de détails auxquels on se doit de prêter attention car ceux-ci servent à mettre en relief certains aspects voire le sens même de chacun des récits.

Au niveau des intrigues et des thèmes abordés on découvre bien souvent des personnages qui, confrontés ou mis à l’épreuve par un changement ou une situation imprévue, voire incongrue, réagissent d’une manière singulière et parfois même étonnante, dévoilant ainsi certains aspects de leur psychologie.

Et tandis que ‘Crocodile Tears’ nous fait visiter la ville de Nîmes, ‘A Lamia in the Cévennes’ nous fait découvrir le refuge d’un peintre, ‘Cold’ nous plonge dans les méandres de l’existence d’une princesse pas comme les autres, ‘Baglady’ nous emmène dans les dédales d’une (més)aventure asiatique, ‘Jaël’ nous plonge dans les souvenirs d’enfance d’une publicitaire, et enfin ‘Christ in the House of Martha and Mary’ nous fait découvrir les dessous de la vie d’une talentueuse cuisinière.

Mais tout le secret, toute la beauté de ces nouvelles réside dans la manière dont elles sont conçues, et travaillées, les mots et tout ce qu’ils peuvent évoquer, devenant ici la matière à partir de laquelle, sous la forme d’une histoire, un concept, une idée, une réalité sont représentés.

 A l’égale d’une œuvre d’art que l’on admirerait dans un musée, le lecteur est en quelque sorte invité à lire, et à observer et réfléchir sur chacun de ces récits afin qu’ils puissent se dévoiler à lui, ou pas. Faisant plus appel à l’intellect qu’à l’émotion, ces nouvelles ne parleront pas et ne toucheront pas à tous les coups pas plus qu’elles n’atteindront également tous les lecteurs, néanmoins elles ne devraient pas manquer de susciter l’admiration.

1.Titre de l’édition française : Histoires de feu et de glace

©2015-2022 CarnetsLibres