Indonésie

Indonésie1

Composée de milliers d’îles peuplées par de nombreux groupes ethniques pratiquant plusieurs centaines de langues, l’Indonésie offre, jusqu’aux années 1920, un paysage culturel et littéraire hétéroclite qui sera éventuellement (partiellement) unifié par l’adoption d’une langue nationale commune. Dérivée d’une des variations du malais, si cette langue porte en elle les influences de la civilisation dont elle est issue, ce sont par ailleurs le commerce avec l’Inde, la Chine et la Perse, puis le colonialisme et l’occupation japonaise qui ont, au cours des siècles d’histoire, également marqué la culture indonésienne.

Outre les spécificités régionales qui se manifestent notamment par un folklore dont les récits sont, en certaines instances encore transmis oralement, on s’accorde généralement pour dire qu’on ne peut à proprement parler de littérature indonésienne qu’à partir du moment où la langue commune est adoptée.

Ainsi, au cours du XXe siècle, divers courants littéraires ont vu le jour en Indonésie, parmi lesquels certaines oeuvres ayant bénéficié d’une traduction, sont accessibles au lecteur étranger.  Notons à cet effet que le site de langue anglaise www.idwriters.com constitue une bonne source de renseignements.

Voyageant d’île en île et d’une décennie à l’autre, j’ai picoré parmi une riche sélection d’œuvres:

Ayu Utami, Saman

Eka Kurniawan, Beauty is a Wound

Ismail Marahimin, And the War is Over

Parmoedya Ananta Toer, All That is Gone

Putu Wijaya, Telegram

 

 

©2015-17 CarnetsLibres