Programme de lecture 2018-19

 

Pour poursuivre dans la veine entamée ici, en accord avec les critères que je m’étais fixés, mes lectures pour l’année 2018 auront donc couvert dans un premier temps un parcours géographique qui m’a permis de découvrir quelques auteurs nés dans des pays où mes lectures ne m’avaient pas encore amenée: la Slovaquie (Peter Krištúfek et Daniela Kapitánová), l’Ouzbékistan (Hamid Ismaïlov), la Croatie (Daša Drndić, Dubravka Ugrešić), l’Iran (Mahmoud Dowlatabadi et Sadegh Hedayat), l’Uruguay (Mario Benedetti) et le Burundi (Roland Rugero). Outre le roman, j’ai également fait une incursion du côté de la BD (Hugo Pratt), du récit de voyage (Robert Byron) et de la poésie (Matsuo Bashō). Enfin, quelques titres sélectionnés parmi mes listes ou ma pile à lire ainsi que quelques envies du moment, auront complété mon année en littérature.

En dépit (ou en raison) des quelques contraintes auxquelles je m’étais astreinte, ce fut une année pleine de surprises, d’imprévus et de découvertes.

Ayant particulièrement apprécié la plume de Mahmoud Dowlatabadi, j’y reviens pour une seconde lecture et terminerai donc cette année avec un petit retour en littérature iranienne, un retour qui devrait m’amener au début de l’année 2019, moment où j’entamerai un nouveau programme.

A l’heure où j’écris ces lignes, j’hésite encore sur le principal critère à partir duquel une grande partie de mes sélections seront basées, mais outre quelques explorations sur la base du genre littéraire ou du style, il est tout à fait probable que je me laisse entraîner sur les chemins d’une littérature réunissant quelques auteurs pratiquant une même langue d’écriture.

Le moment est donc venu pour moi d’établir une petite sélection de base, un exercice à la fois laborieux et instructif mais qui ne manque jamais de susciter mon enthousiasme pour les lectures à venir.

Décembre 2018

 

© 2015-19 Carnets Libres